Français
Deutsch
English
Polski
Green-Zones.eu › Blog & News › La pollution de l'air a-t-elle causé la mort d'une fille ?
< Show all posts

La pollution de l'air a-t-elle causé la mort d'une fille ?

Un tribunal londonien doit décider si le décès par asthme d'un enfant de 9 ans est directement imputable à la pollution atmosphérique. La procédure pourrait devenir un précédent avec d'énormes conséquences pour les zones à faibles émissions et la circulation différenciée.

En 2013, la fillette de 9 ans était morte d'une insuffisance respiratoire aiguë après des crises d'asthme de plus en plus graves. Un tribunal a ordonné une enquête plus approfondie en 2014 pour déterminer dans quelle mesure la pollution de l'air à son domicile, un carrefour très fréquenté de Londres, était responsable de sa mort. Les limites d'oxyde d'azote y étaient dépassées depuis des années, comme dans la plupart des quartiers de Londres.

Il est maintenant prouvé que le mauvais air peut provoquer de l'asthme et des bronchites, mais aussi des maladies cardiovasculaires et des troubles mentaux. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'environ 4,5 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air. Dans l'UE, il y en a environ 400 000 personnes. Cependant, il est difficile d'établir un lien direct entre la mort et la pollution parce que le mauvais air peut avoir des effets très divers. En plus, les maladies antérieures, le mode de vie et d'autres facteurs jouent également un rôle. Jusqu’ici, aucun décès n'a jamais été directement attribué à la pollution de l'air par un tribunal.

L'État a également été poursuivi pour pollution de l’air dans d'autres pays de l'Europe. Dans la vallée de l'Arve en France, au pied du Mont Blanc, par exemple, neuf familles ont porté plainte contre le niveau élevé de pollution de l'air. Cependant, la cour a décidé que bien que l'État soit responsable de la pollution de l'air, il n'y avait aucun lien avec le chiffre augmenté des cas de l'asthme dans la région.

Ainsi, si l'État britannique était responsable de la mort de la jeune fille, le procès de Londres deviendrait un précédent qui mettrait les villes et les communes sous une énorme pression pour réduire la pollution de l'air. D'autres poursuites en dommages et intérêts, également dans d'autres pays, deviennent alors plus probables. Cela entraînerait probablement une extension de la circulation différenciée et des zones à faibles émissions dans de nombreuses régions d'Europe.