Français
Dansk
Deutsch
English
Español
Italiano
Nederlands
Polski
Čeština
Green-Zones.eu › Environnement & Santé › La pollution sonore

Le bruit - plus qu'un simple fardeau

Une promenade dans la forêt, où l'on n'entend que le gazouillis des oiseaux et le bruissement des feuilles dans le vent - une expérience apaisante. Parce qu'il nous donne l'occasion d'oublier le quotidien bruyant qui nous entoure. Mais en raison de la croissance constante des villes, de l'augmentation du trafic et de la densification de l'espace de vie, nous sommes en réalité presque en permanence entourés de sons perçus négativement, en bref de bruit. Les sons qui prennent temporairement un volume énorme provoquent généralement des blessures aiguës dans l'oreille interne, comme l'éclatement du tympan. Le bruit permanent, causé par exemple par la circulation, peut entraîner divers problèmes de santé physique et psychologique à long terme (13). Et bien que le bruit ait été clairement identifié comme un risque pour la santé par l'UE et également par l'OMS (10, 12), la base juridique en est encore à ses débuts dans de nombreux pays de l'UE et les lois existantes sont souvent appliquées avec une faible priorité (10).

 

 

Le cerveau humain peut partiellement bloquer les influences perturbatrices telles que le bruit. Par conséquent, nous ne sommes guère conscients de cette influence permanente. Néanmoins, nous percevons la perturbation de manière subconsciente via le système nerveux autonome (6). En réaction à cela, le corps libère des hormones de stress telles que l'adrénaline et le cortisol et met notre corps en alerte. Chez nos ancêtres, ces hormones permettaient d'accroître l'attention dans les situations dangereuses et d'exploiter pleinement les fonctions musculaires et cérébrales (6). Nos ancêtres ont ainsi pu réagir plus rapidement au danger. Cet état s'est produit pendant une période limitée où un danger aigu était imminent et était naturellement avantageux d'un point de vue évolutif. Inconsciemment, nous sommes toujours tapi sous l'influence du bruit, prêt à aller au combat ou à fuir à tout moment. 

 

De nos jours, cette charge de stress presque permanente peut conduire à la nervosité et à la tension. Elle influence notre concentration et nos performances, nous rend facilement irritables et agités. Dans les cas graves, la perturbation sonore entraîne de l'agressivité et peut provoquer de l'anxiété (13). Surtout, les perturbations sonores perçues pendant la journée ont un effet accru sur l'état d'esprit et peuvent causer des dommages psychologiques importants (5). Si la libération des hormones du stress diminue dans les moments de calme, l'organisme souffre de fatigue et de dépression (13). Des études menées auprès d'écoliers ont montré que la pollution sonore avait un effet négatif sur leur motivation et que leur compréhension de la lecture et leur mémoire à long terme étaient altérées (1). Aux Pays-Bas, il a été démontré que le bruit du trafic routier et ferroviaire peut provoquer une dépression accrue dans les groupes socialement défavorisés (1). Une étude réalisée à Southampton, en Angleterre, a également révélé que les membres socialement plus faibles de la population avaient généralement moins accès aux zones calmes et souffraient donc davantage des effets de la pollution sonore. Cependant, un lien entre le statut socio-économique et les effets du bruit sur la santé n'a pas pu être confirmé dans d'autres études. L'une des raisons est probablement que les centres-villes et les zones de bonne accessibilité sont généralement considérés comme des espaces de vie privilégiés, même par des classes sociales fortes (1).

Comme le système nerveux autonome n'est pas contrôlé consciemment, notre corps réagit également à la pollution sonore pendant la nuit (6). À long terme, ce stress perçu pendant la phase de repos de l'organisme peut provoquer de graves problèmes physiques et avoir un effet négatif sur le système cardiovasculaire et la pression artérielle, par exemple (6). Les chercheurs d'une étude menée à Berlin ont constaté que les personnes âgées en particulier avaient presque deux fois plus de chances d'être traitées pour hypertension si elles étaient exposées à un niveau de bruit supérieur à 55 dB la nuit, par rapport à celles qui étaient exposées à moins de 50 dB (6). L'Agence fédérale de l'environnement a constaté que les hommes qui vivaient pendant de longues périodes dans un endroit où ils étaient exposés à un bruit énorme la nuit étaient particulièrement touchés par les maladies cardiovasculaires (3). Selon une étude danoise, le bruit est également clairement associé à un risque plus élevé de crise cardiaque (9). Des recherches menées par l'Agence fédérale de l'environnement à Brême ont montré que la pollution sonore était associée à l'augmentation de l'incidence de certains types de cancer, tels que la leucémie et le cancer du sein chez les femmes (7). Une autre étude menée à Berlin a établi un lien entre la pollution sonore et les problèmes métaboliques et la sensibilité du système immunitaire (5). Une étude suisse sur l'exposition nocturne a montré qu'elle était associée à des risques cardiovasculaires à partir de 40 dB. Une étude menée à l'aéroport de Cologne/Bonn sur les effets du bruit des avions de nuit a tiré des conclusions similaires (1).

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a donc classé le trafic aérien nocturne à plus de 40 dB comme nuisible à la santé (6 ). Pour le bruit routier, la recommandation est de 53 dB maximum le jour et de 45 dB maximum la nuit (12). Cependant, ces limites sont généralement dépassées : En Europe, environ 100 millions de personnes sont régulièrement exposées à un bruit de circulation routière de plus de 55 dB. Cela concerne 70 millions de citoyens européens dans les agglomérations, les 30 millions restants dans les zones rurales, principalement le long des routes principales (10).  En outre, les sources de bruit telles que le trafic ferroviaire et aérien et l'industrie touchent 20 millions de personnes supplémentaires (10). Cela signifie qu'environ un Européen sur cinq vit dans des zones où les niveaux de bruit sont nocifs pour sa santé (1). Mais même au bureau, dans les bus et les trains, à la maison et la nuit, de nombreuses personnes sont exposées à des niveaux de bruit élevés (11). En 2012, plus de la moitié des personnes interrogées dans le cadre d'une enquête représentative, soit environ 54 %, se sentaient gênées par la circulation routière sur leur lieu de résidence. Le trafic ferroviaire et aérien (33 % et 20 % des personnes interrogées) est également perçu comme gênant (2). Il en résulte de graves conséquences pour la santé: Pour l'année 1999, environ 4 000 crises cardiaques en Allemagne ont déjà été attribuées à l'exposition au bruit (4). Dans des calculs plus récents, l'OMS affirme que plus d'un million d'années de vie sont perdues chaque année rien qu'en Europe occidentale à cause de la pollution sonore liée au trafic. Cela inclut des conditions moins extrêmes telles que les troubles du sommeil et l'agressivité, mais 61 000 années de vie sont consacrées aux maladies coronariennes, c'est-à-dire à la calcification des artères coronaires, qui peut entraîner un manque d'oxygène dans certaines parties du cœur et donc déclencher une crise cardiaque (12). Cela fait de la pollution sonore la deuxième charge environnementale la plus importante en Europe occidentale après la pollution atmosphérique (1, 12).

La directive 2002/49/CE de l'Union européenne sur le bruit ambiant crée un cadre juridique pour lutter contre cette exposition, mais elle ne fixe pas de limites de bruit à l'échelle de l'UE. Seuls quelques pays de l'UE ont fixé des limites nationales (10). Néanmoins, la directive exige la création de "cartes de bruit" qui identifient le problème au niveau local et régional et sur lesquelles des plans d'action peuvent désormais être élaborés. Cependant, comme la protection contre le bruit n'est pas une priorité claire dans de nombreux États membres de l'UE, l'élaboration de concepts pour lutter contre la pollution sonore a été retardée (10). Néanmoins, de plus en plus de mesures locales sont prises pour résoudre le problème. En Autriche, par exemple, les premières zones de protection contre le bruit ont récemment été créées, dans lesquelles les conducteurs de véhicules trop bruyants sont flashées. En Allemagne et en Suisse, ce concept gagne également du terrain. Des retraites écologiques sont également de plus en plus souvent mises en place dans les villes européennes (10). Ils nettoient l'air, réduisent la chaleur dans la ville et offrent une protection contre les inondations. Mais des études montrent également que l'écologisation urbaine peut contrecarrer l'effet psychologique négatif de la pollution sonore (8). Néanmoins, la tendance à l'urbanisation et l'expansion des agglomérations qui en découle, ainsi que l'augmentation du nombre de véhicules sur les routes ne faciliteront pas la réduction des nuisances sonores. Ce qui est certain, c'est que, compte tenu des effets nocifs évidents sur la santé et du nombre de personnes exposées à cette pollution, il devient de plus en plus important d'accorder une plus grande attention à ce problème environnemental.

 

Sources
  1.  European Environment Agency (2020). Healthy environment, healthy lives: how the environment influences health and well-being in Europe. 
  2. Weinandy, R. (2013). Schwerpunkte 2013 – Jahrespublikation des Umweltbundesamtes; Kapitel Lärm.
  3. Babisch, W. Umweltbundesamt. (2004). Die NaRoMI-Studie - Noise and Risk of Myocardial Infarction.
  4. Babisch, W. Umweltbundesamt. (2006). Transportation Noise and Cardiovascular Risk.
  5. Maschke, C. et al. (2003). Epidemiologische Untersuchung zum Einfluss von Lärmstress auf das Immunsystem und die Entstehung von Arteriosklerose.
  6. Umweltbundesamt (2015). Stressreaktionen und Herz-Kreislauf-Erkrankungen. https://www.umweltbundesamt.de/themen/verkehr-laerm/laermwirkung/stressreaktionen-herz-kreislauf-erkrankungen#auswirkungen-des-larms-auf-die-gesundheit
  7. Greiser, E. Greiser, C. Umweltbundesamt. (2015). Umgebungslärm und Gesundheit am Beispiel Bremen.
  8. Dzhambov, A.M, Dimitrova, D. (2014): Urban green spaces' effectiveness as a psychological buffer for the negative health impact of noise pollution: A systematic review
  9. Roswall, N et al. (2017). Long-term residential road traffic noise and NO2 exposure in relation to risk of incident myocardial infarction – A Danish cohort study
  10. Europäische Kommission (2017). Bericht der Kommission an das Europäische Parlament und den Rat über die Durchführung der Richtlinie über Umgebungslärm gemäß Artikel 11 der Richtlinie 2002/49/EG.
  11. Yoa, C.M.K.L. et al (2017). Noise exposure while commuting in Toronto - a study of personal and public transportation in Toronto