Français
Deutsch
English
Polski
< Show all posts

Adieu la poussière fine - pour le conducteur, pas pour l'environnement

Les matières particulaires constituent un problème majeur pour la santé humaine. Mercedes s'attaque au problème et fait de la publicité pour son dernier modèle équipé de filtres pour un air plus pur. Mais pas pour les émissions à l'extérieur de la voiture, mais pour le confort du conducteur à l'intérieur.

En période de Corona, la qualité de l'air est une question particulièrement importante. La nouvelle Mercedes EQS est désormais équipée d'un filtre à air HEPA dans le cadre de son équipement optionnel "Energizing Air Control Plus", dont seul Tesla disposait auparavant. Il élimine les particules fines, les oxydes d'azote et les agents pathogènes tels que les virus et les bactéries de l'habitacle du conducteur. L'extra "No. 6 Mood Linen" diffuse également un agréable parfum de figue et de lin dans tout le véhicule. Un confort parfait.

Mais la berline de luxe entièrement électrique, comme les autres voitures électriques, a un problème. Avec une autonomie promise de 700 kilomètres, l'EQS dispose d'une batterie lourde qui génère de grandes quantités de particules par des sources autres que les gaz d'échappement. Avec l'usure des pneus, des plaquettes de frein et de la route, le véhicule produit au moins autant de particules qu'un moteur à combustion interne de taille comparable.

Ces particules sont libérées sans être filtrées dans l'air ambiant, alors qu'il existe déjà des technologies possibles pour les systèmes de filtrage, par exemple sur les freins, afin de réduire les émissions hors échappement.

Dans ce cas, Mercedes ne s'est probablement préoccupé que du confort du conducteur, mais pas de la santé de ses semblables et de l'environnement. Soit dit en passant, le modèle phare Vision EQS dévoilé au salon de l'automobile de Francfort 2019 (IAA) avait 1000 LED qui brillaient dans la calandre et les feux arrière composés de 229 étoiles Mercedes individuelles. Le nouveau modèle, qui sera bientôt sur le marché, a un aspect un peu moins futuriste, mais n'a rien perdu du confort de son modèle phare.

Dans leur philosophie, les constructeurs automobiles allemands tentent probablement de s'attaquer au problème des émissions, également pour éviter d'être à la traîne dans les comparaisons internationales. C'est pourquoi ils lancent de plus en plus de voitures électriques qui, du moins à première vue, semblent respectueuses de l'environnement et durables, et s'attaquent également à la question des particules à l'intérieur des véhicules, comme dans le cas de la Mercedes EQS. Toutefois, l'absence de réglementation des émissions hors échappement visant à améliorer la qualité de l'air pour les personnes et l'environnement empêche le développement de ces véhicules de manière à contribuer réellement à la réduction de la pollution atmosphérique dans les villes.

Il est peu probable que les constructeurs automobiles parviennent à eux seuls à réduire les émissions de particules des voitures électriques. La tendance à l'allongement de l'autonomie s'accompagne également de véhicules de plus en plus lourds qui produisent de plus en plus de particules. Il est donc urgent de réglementer les voitures électriques, comme c'est le cas depuis longtemps pour les véhicules à combustion interne.