Français
Deutsch
English
Polski
Green-Zones.eu › Blog & News › Une étude le confirme : Le confinement entraîne une réduction du CO2
< Show all posts

Une étude le confirme : Le confinement entraîne une réduction du CO2

Le confinement mondial a entraîné une réduction des émissions de CO2 dans tous les pays. Mais il y a une raison simple à cela.

Ces chiffres en disent long. L’institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique (PIK) a publié sa dernière étude sur les effets climatiques du confinement dans le journal « Nature Communications » cette semaine. Selon l'étude, on estime que 1,6 milliard de tonnes de CO2 ont été émises dans notre atmosphère au cours du premier semestre 2020. Cela correspond à une réduction de 8,8 %. L'équipe de recherche de Potsdam a calculé une valeur particulièrement forte pour le mois d'avril avec une réduction mondiale des émissions de CO2 de près de 17 %. Toutefois, ces chiffres sont principalement dus à la très forte baisse du trafic routier et moins au comportement des industries dans le monde entier. Cependant, l'étude mentionne également que la plupart des économies internationales sont revenues à leurs anciens niveaux de dioxyde de carbone après le deconfinement. Cependant, il faut constater que même si les faibles niveaux étaient maintenus en permanence, les concentrations de CO2 à long terme ne changeraient que légèrement, comme le montre clairement l'étude de Potsdam. L'étude suggère que l'industrie, en particulier, devrait réduire ses émissions dans le monde entier pour que les niveaux reviennent à la normale. Cependant, ce rapport scientifique laisse complètement ouverte et sans réponse la question comment l'économie mondiale pourrait réaliser cet objectif en temps de pandémie. Hans Schellnhuber, directeur fondateur de PIK, résume tout le dilemme : « Il faut absolument viser une réduction du CO2 dans notre économie mondiale. »

L'automobiliste a-t-il été accusé à tort d'être responsable de niveaux de CO2 trop élevés ? Alors, y aura-t-il d'autres interdictions de circulation et de zones à faibles émissions en Europe alors que la circulation ne représente qu'une petite partie du problème global ?
On peut le supposer.