Français
Deutsch
English
Polski
Green-Zones.eu › Blog & News › Tout Berlin, une zone zéro émission
< Show all posts

Tout Berlin, une zone zéro émission

Les véhicules à combustion interne doivent être bannis de la zone urbaine de Berlin. Mais après que le projet de loi ait indiqué 2030 comme date de mise en œuvre, cette date n'est plus mentionnée dans la loi. La mise en œuvre a donc été mise en veilleuse. Mais jusqu'à quand ?

Lundi, la coalition de Berlin s'est mise d'accord sur les points clés d'un paquet de mesures d'urgence pour protéger l’environnement. Cet état d'urgence a été déclaré à la fin de 2019 pour que l’on puisse intégrer plus facilement la protection du climat dans les lois. Le gouvernement avait déjà rédigé un projet de loi à ce sujet : la zone urbaine à l’intérieur de la ceinture formée par le S-Bahn devait devenir une zone zéro émission d'ici 2030. En 2035, toute la zone urbaine devait suivre, interdisant ainsi complètement les véhicules à combustion interne de Berlin. Depuis lors, cependant, rien n'a été fait pour ce plan de protection du climat.

Dans les mesures, qui comprennent également le « Plan de développement urbain pour la mobilité et le transport », ces dates sont désormais absentes. Les objectifs doivent plutôt être mis en œuvre à moyen terme. Il n'y a donc plus d'urgence à mettre en œuvre des mesures pour une zone d'émission zéro. L'expansion de l'infrastructure de stations de recharge est également incluse dans le nouveau projet de loi. Toutefois, en l'absence d'une date limite obligatoire pour la mise en œuvre de la zone, les stations de recharge sont également devenues moins importantes.

Les partenaires de la coalition ne voient pas de problèmes dans la reformulation de la loi : « En fait, tous ont en tête l'objectif de 2030 », a déclaré la chef du groupe parlementaire des Verts, Silke Gebel. Mais ces mots perdent leur sens lorsque l'ancienne date a dû être supprimée du projet afin de parvenir à un accord.  La ville n'a reçu que récemment de nouveaux bus diesel qui sont censés être utilisés jusqu'au-delà de 2030. Le gouvernement a donc une excuse pour ne pas moderniser ces bus.

Les mesures comprennent également d'autres sujets qui restent controversés. Par exemple, l'introduction d’une carte d'abonnement de 365 euros pour les transports publiques est en cours de discussion. Un péage urbain et une augmentation des frais de stationnement pour les résidents sont également en cours de discussion. La ville pourrait investir les revenus supplémentaires dans la mobilité verte, par exemple en développant les transports publics.

Outre le différend sur la zone zéro émission, les travaux se poursuivent sur le concept de zone piétonne avec trafic cycliste autorisé dans la Friedrichstrasse à Berlin. En raison de la pandémie, la phase de test, qui devait durer jusqu'au début de cette année, a été prolongée jusqu'en octobre 2021. Il n'est pas encore possible de dire comment le concept sera accepté et si les entreprises profiteront ou s’ils souffriront du réaménagement de la promenade. Un nouveau concept devrait maintenant prendre en compte les souhaits des résidents.

Avec les discussions difficiles de la coalition qui se dérobent aux plans concrets, il semble que peu de choses vont changer à Berlin à propos de la zone à zéro émission et des restrictions de circulation.