< Show all posts

Pologne : la mauvaise qualité de l'air atteint un niveau record

Les Polonais et les Polonaises sont en première ligne lorsqu'il s'agit du mauvais air. La comparaison directe avec d‘autres pays européens donne une idée de l'ampleur du problème.

La politique environnementale polonaise évolue lentement, mais elle est loin de réaliser que la pollution de l'air à l'est de l'Oder a atteint des niveaux inquiétants. Selon une nouvelle analyse de l'université belge de Hasselt, les mineurs polonais sont exposés à une pollution atmosphérique trois à neuf fois plus importante que leurs homologues français. Les adolescents polonais examinés dans le cadre de l'étude se sont avérés avoir une concentration de « carbone noir » supérieure de 425 %. dans leur urine. Ce sont des chiffres qui ne devraient pas seulement mettre le gouvernement polonais en alerte. Les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l'air. Les particules, telles que le « carbone noir » qui est une substance cancérigène produite par la combustion de combustibles fossiles, sont directement liées à un taux de natalité plus faible, d’une morbidité et une mortalité cardiovasculaires accrues, à des capacités cognitives réduites et à des maladies respiratoires et cancéreuses à l'âge adulte. Les experts estiment que 45 000 décès prématurés en Pologne sont désormais imputables à la pollution de l'air. Selon l'organisation sanitaire OMS, sur les 50 communautés présentant les niveaux les plus élevés de pollution atmosphérique dans l'UE, 36 sont situées en Pologne. 

En 2018, 74 % des besoins énergétiques de la Pologne étaient encore couverts par des centrales à charbon. La lutte contre la pollution atmosphérique est donc directement liée à la volonté de rompre avec les traditions dans le secteur de l'énergie et de se débarrasser des vieilles habitudes. Après tout, il s'agit aussi de la vie des enfants, qui sont exposés sans défense à cette politique environnementale irresponsable et qui doivent payer cher avec leur santé.