< Show all posts

Pas assez de zones à faibles émissions en Europe ?

De nombreuses villes d'Europe ont entrepris de lutter contre la pollution atmosphérique. Dans certains pays, cependant, l'air reste très mauvais. En particulier en ce qui concerne les particules, les villes sans zones à faibles émissions ont des résultats extrêmement médiocres. Mais même ceux qui ont introduit des restrictions de circulation continuent de lutter contre les polluants.

Une équipe de chercheurs a étudié 1 000 villes européennes en ce qui concerne la pollution par les particules et les oxydes d'azote et la mortalité qui y est associée. Leurs conclusions : 51 000 décès prématurés pourraient être évités chaque année grâce à un air plus pur en Europe.

La pollution par les particules est particulièrement élevée dans la vallée du Pô en Italie, où se trouve Milan, le plus important centre industriel et commercial du pays, mais aussi dans le sud de la Pologne et dans l'est de la République tchèque. Les deux villes en tête de liste des villes les plus sales en termes de particules fines sont Brescia et Bergame près de Milan. En Pologne et en République tchèque, il n'existe pas de zones à faibles émissions pour réguler le trafic. L'air y est particulièrement pollué à Karviná et Ostrava (République tchèque) et à Katowice et Jastrzębie-Zdrój (Pologne).

Mais même dans les pays où il y a des zones à faibles émissions, l'air reste de mauvaise qualité, notamment en ce qui concerne le dioxyde d'azote. Les métropoles d'Europe occidentale arrivent en tête de la liste des oxydes d'azote. Madrid occupe la première place, suivie d'Anvers, Turin, Paris, Milan et Barcelone.

L'Allemagne ne compte qu'une seule ville dans le top 10 des villes les plus polluées d'Europe : c’est la ville de Herne, dans la région de la Ruhr, occupe la 9e place de la liste avec la plus forte pollution par les oxydes d'azote. Mais si l'on considère l'Allemagne seule, il est frappant de constater que l'air de la région de la Ruhr en particulier est extrêmement nocif pour la santé. En termes de pollution par les particules fines, Gelsenkirchen occupe la première place, suivie de Herne, Duisburg, Oberhausen, Essen, Recklinghausen et Bottrop. Herne est en tête de liste pour l'oxyde d'azote, suivie de Essen, Düsseldorf, Cologne, Duisburg, Leverkusen et Gelsenkirchen. Ici, l'industrie est certainement responsable de la mauvaise qualité de l'air, mais la densité de la population et les déplacements en voiture entre les villes contribuent également à la pollution.

L'air le plus pur se trouve dans les pays nordiques, comme l'Islande, la Norvège, la Suède et la Finlande.

La situation en Pologne et en République tchèque, notamment, montre que l'absence de zones à faibles émissions entraîne une augmentation de la pollution par les particules. En même temps, l'étude montre clairement que dans les régions densément peuplées et celles à forte activité industrielle, les zones à faibles émissions ne sont pas encore assez efficaces pour protéger les gens de la pollution de l’air.

L'étude pourrait bien conduire à un renforcement des zones à faibles émissions existantes afin de protéger encore plus de personnes des effets néfastes de la pollution atmosphérique.