Français
Deutsch
English
Polski
Green-Zones.eu › Blog & News › La fin de la pollution par les particules fines?
< Show all posts

La fin de la pollution par les particules fines?

Une invention anglaise offre une solution du problème des particules fines.

L'usure des pneus dans la circulation routière génère de grandes quantités de particules dangereuses pour la santé. Chaque freinage et chaque virage use les pneus des véhicules, ainsi que les plus petites particules toxiques se retrouveront dans l'environnement et resteront dans l'air que nous respirons et dans l'eau. Rien qu'en Europe, un demi-million de tonnes de ces particules de pneu sont produites ainsi chaque année. 
Un groupe de jeunes chercheurs anglais s'est penché sur ce problème et a mis au point un mécanisme qui, selon le fabricant, capte la poussière fine là où elle est produite : directement sur le véhicule ou le pneu. 
Ce système existe depuis un certain temps, par exemple à Kiel (nous en avons rendu compte), où des dispositifs au bord de la route filtrent l'air et éliminent ainsi les particules fines. Le « secret » de l'invention anglaise est, à première vue, la physique simple : grâce à la charge électrostatique les particules sont recueillies dans des collecteurs. Cette innovation pourrait être un succès dans la lutte contre les minuscules particules nocives pour la santé, comme l'explique l'un des développeurs : « La prise de conscience de la pollution des pneus est en train de s'accroître. De nombreuses études permettent de détecter l'abrasion des pneus dans l'eau et dans l'air. Ces particules sont suffisamment petites pour être inhalées. Ils peuvent provoquer des maladies pulmonaires et des problèmes de croissance. Et ils peuvent aussi trouver leur chemin dans notre chaîne alimentaire par l'eau. » 
Les premiers tests étaient prometteurs : le prototype était capable de recueillir plus de 60 % des particules produites dans son collecteur. On ne sait toujours pas quand et si l'invention britannique sera produite en masse. 

 

Veuillez-bien faire vite, messieurs dames les rechercheurs !