Français
Deutsch
English
Polski
Green-Zones.eu › Blog & News › Des centres-villes 2.0
< Show all posts

Des centres-villes 2.0

Les grandes villes suffoquent littéralement à cause des émissions de polluants émanant du trafic routier. Les communes et métropoles veulent désormais y remédier.

Les informations de ces dernières semaines sur le sujet se suivent et se ressemblent. Le chemin à emprunter semble se dessiner : celui de centres-villes sans véhicules individuels. Actuellement, plus de la moitié de l’humanité vit dans les villes et d’ici 2050, les experts estiment la population urbaine s’élèvera à 70%. Cela a pour conséquence des taux de polluants à en donner le vertige, des centres-villes sales et de plus en plus de temps perdu dans les embouteillages. Même la voiture électrique, souvent présentée comme une solution miracle, ne peut pas changer ces faits et ces conséquences. 

Dans une récente interview radio donnée à la BBC, le Ministre britannique des transports Grant Shapps a annoncé avancer de 3 ans l’interdiction des moteurs essence et Diesel à Londres, jusque-là fixée pour 2035 dans tous les centres-villes. Les sceptiques secouent la tête tandis que les militants pour le climat se réjouissent, même s’ils restent prudents. 

En Allemagne également, la discussion concernant des centres-villes piétons ne laisse pas les villes et les politiques indifférents, au contraire. À Munich, par exemple, un nombre croissant de voix se lèvent pour réclamer une politique des transports sur le modèle de Londres. Dès 2017, le conseil municipal avait décidé de faire sien les objectifs de la pétition citoyenne "Sauba sog i" (On veut de l’air !). Cette pétition prévoyait de réduire la place du transport individuel motorisé pour améliorer la qualité de l'air à Munich. 

Un projet ambitieux avec un calendrier serré ! 

De la même façon, de plus en plus de villes en Europe veulent passer des paroles aux actes. D’ici 2030, la Slovénie, la Suède, le Danemark et les Pays-Bas veulent interdire tout ou partie des véhicules essence et Diesel ; idem pour Paris et Amsterdam. Le Danemark veut interdire à compter de cette date les véhicules essence et Diesel et même les voitures hybrides en 2035. La France rejoint la liste en interdisant les moteurs à combustion en 2040. 

Comme les villes se sont spécialisées dans la circulation motorisée dès le début de leur histoire, la tentative de changement est énorme - mais il n'y a toujours pas d'alternative.