Français
Deutsch
English
Polski
Green-Zones.eu › Blog & News › Choc à Strasbourg : une étude révèle la présence de particules de diesel chez les enfants
< Show all posts

Choc à Strasbourg : une étude révèle la présence de particules de diesel chez les enfants

Selon une étude de Strasbourg, les enfants qui vivent près de routes très fréquentées ont des millions de particules ultrafines dans leur urine. Maintenant, des voix s'élèvent pour réclamer des zones à faibles émissions plus nombreuses et plus strictes.

Les données publiées par le collectif Strasbourg Respire sont alarmantes. Les enfants qui vivent près de routes très fréquentées ont beaucoup plus de particules dans leur urine que ceux qui vivent à la campagne ou plus loin des zones urbaines. Les nanoparticules, qui sont principalement émises par les véhicules diesel, ont clairement été associées à des maladies de divers organes tels que les poumons et le cœur, mais aussi à des troubles mentaux.  

Surtout pendant la croissance, les particules peuvent avoir des effets énormes, similaires à ceux de la fumée de cigarette. Le collectif demande donc une interdiction plus stricte des véhicules diesel dans la zone à faibles émissions de Strasbourg. 

En fait, à partir de l'année prochaine, il devrait y avoir une extension de la zone à faibles émissions. Cette mesure concernera les 33 communes de l'agglomération strasbourgeoise et interdira également les véhicules Crit’Air 2 d'ici 2025, ce qui toucherait alors en fait tous les véhicules diesel. En outre, des restrictions de circulation doivent être appliquées dans la zone. Le durcissement des réglementations touchera de nombreux citoyens.  

Cependant, les poêles à bois et les émissions industrielles émettent également des particules fines et devraient être soumis à une réglementation beaucoup plus stricte, exige collectif Strasbourg Respire. Actuellement, les mesures des émissions des installations industrielles, comme dans le quartier du Port du Rhin, ne sont presque jamais effectuées par des organismes officiels, mais sont rapportées par l'industrie elle-même. En outre, les sanctions imposées par l'État pour les infractions et les fausses déclarations sont bien trop légères pour avoir un quelconque effet.  

Selon les résultats de la recherche, le fait que la zone à faibles émissions sera étendue dans les années à venir semble inévitable. Il est toutefois important que les citoyens ne soient pas les seuls à contribuer, mais que l'industrie contribue aussi à la pureté de l'air. À cette fin, les contrôles et les sanctions doivent être renforcés. 

Nous suivons tous les développements à Strasbourg et vous tenons au courant. Toutes les règles en vigueur se trouvent dans notre application Green-Zones, qui vous permet d'éviter les sanctions !