Français
Deutsch
English
Polski
< Show all posts

Bientôt des zones environnementales en Afrique ?

L'exportation de nos vieux véhicules diesel provoque une mauvaise qualité de l'air en Afrique. Mais là, ils ne veulent plus de nos seaux de rouille et s'appuient de plus en plus sur des voitures neuves à faibles émissions.

Les voitures européennes en fin de vie sont souvent exportées à l'étranger, autrefois en Europe de l'Est, aujourd'hui en Afrique. Selon une étude du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), plus de 11 millions de véhicules ont été exportés vers des pays à faible revenu, principalement en Afrique, entre 2015 et 2018. Là, ils polluent l'air et rendent le trafic moins sûr, car non seulement ils ont une mauvaise norme EURO, mais en plus ils n'ont généralement plus de label TÜV. Ainsi, alors que nous essayons dans ce pays de rendre notre vie quotidienne plus respectueuse du climat, de faire attention à nos émissions et d'acheter plus de voitures électriques, il est clair que le problème est simplement déplacé vers une autre partie du monde.  

Mais les voitures trouvent de moins en moins d'acheteurs, car la sensibilisation à la santé et à l'environnement augmente également en Afrique. Une initiative lancée par les Nations unies fixe des normes minimales pour les voitures d'occasion importées. Au Ghana, par exemple, seuls les carburants à faible teneur en soufre sont utilisés et il existe une limite d'âge de dix ans pour les voitures d'occasion importées. Dans certains pays d'Afrique du Nord, comme le Maroc, il existe déjà des réglementations plus strictes concernant la limite d'âge des véhicules importés et la norme EURO. De plus en plus de pays de la région suivront probablement ces pionniers à l'avenir. Cette nouvelle prise de conscience pourrait même conduire les premiers pays africains à introduire des zones à faibles émissions dans leurs grandes villes pour rendre l'achat de vieilles voitures encore moins attrayant. L'industrie automobile s'y intéresse également beaucoup, car le marché africain des ventes de voitures neuves est d'environ 5 millions de voitures neuves par an.  

Qu'advient-il alors de nos véhicules diesel non désirés ? Comme la vente de voitures sera beaucoup moins lucrative à l'avenir, les véhicules resteront probablement simplement plus longtemps sur nos routes ou seront vendus pour peu d'argent en Europe. Cependant, comme la plupart des véhicules ne seront plus autorisés à entrer dans les zones à faibles émissions, ils fourniront probablement surtout du mauvais air en dehors des villes. À long terme, cela pourrait conduire à l'extension des zones à faibles émissions dans les banlieues et les zones rurales également.  
 
Y aura-t-il donc davantage de zones à faibles émissions et d'interdictions de circuler à l'avenir ?